Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sur la lecture d'un édito des Cahiers

    J'avais envie d'aller voir le Géant Égoïste (et j'espère bien que j'irai), donc je regarde les critiques Allo Ciné, et bien sûr les Cahiers critiquent. La critique elle, commence sur "Les motifs loachiens deviennent des poncifs loachisants"...toujours cette volonté farouche de simplicité propre aux Cahiers du Cinéma.

    Je m'en vais donc sur le site desdits cahiers, et tombe sur cet édito de Janvier 2014 (http://www.cahiersducinema.com/Janvier-2014-no696,2055.html). Il se termine sur "Le vent se lève  !… Il faut tenter de vivre  !".

    Dieu que c'est vieillot ! Je ne leur en veux pas de critiquer le film que je voulais aller voir, vraiment ! Comme je le disais plus haut, j'irai le voir de toute façon.

    Mais cette réflexion me fait penser à La Condition Humaine, au Mythe de Sisyphe, à l'existentialisme. A La Nausée. A ce dégoût de la vie par le manque de sens qu'on lui porte, à cette condition d'homme soit disant insupportable, à ces introspections nombrilistes qui nous font nous égarer dans rien.

    On ne te demande pas si tu es heureux de vivre ou pas ! Tu vis c'est tout ! Crois-tu que tu as un quelconque pouvoir sur cette force qui t'a fait et qui t'emportera, qui te domine en tout ce que tu penses orgueilleusement être ?
     
    Vis simplement, tout simplement.

    PS : finalement, les Cahiers semblent les héritiers fidèles, un peu trop fidèles, de la pensée des années 50-60, de la nouvelle vague finalement, qui a permis leur naissance. Soyons iconoclastes ! L'époque veut de l'iconoclasme. Pas nécessairement dans la destruction des idoles, mais au moins dans l'acceptation de leur crépuscule. Tout en échappant au fascisme, bien sûr...(suis-je si iconoclaste que ça ?)