Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Fwd: Réflexions sur l'Open

    Discussion passionnante avec Thomas en début d'après-midi sur le parvis de Jussieu:
    1. Dans la suite des projets Open Moko, Open Pattern, réalisation d'un téléphone portable open-source hardware et software (liste de projets similaires : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_open-source_mobile_phones). L'idée est que chaque utilisateur puisse choisir parmi une liste de plans de téléphone déjà existante et diffusée en open, ou bien pour les puristes de modifier le plan du téléphone pour lui ajouter une fonction particulière par exemple. Une fois que le nombre de commande suffisant est atteint pour un même modèle, les plans sont envoyés en usine pour production, puis livraison. Je suis persuadé que l'on pourrait de la sorte grandement diminuer le coût d'un téléphone portable.



    2. L'intérêt également de cette démarche serait de contrer la fameuse obsolescence programmée dont on a beaucoup parlé ces temps-ci, notamment due à l'impossibilité pour l'utilisateur de réparer son téléphone. J'ai un ami récemment qui a dû forcer la coque se son iPhone récemment pour en changer la batterie car Apple n'autorise pas de modification sur ses téléphones. Avec des plans open, on verrait apparaître des personnes spécialisées dans la réparation des outils électroniques, rendue possible grâce à la diffusion des schémas de construction



    3. Enfin, ce qui est valable pour un téléphone l'est bien évidemment pour tout autre objet (ordinateur, clé USB, écran, mais même pourquoi pas voiture, meuble etc...). L'idée s'inscrit dans la continuité du passage de l'ère du B2B à celle du B2C, et même du C2B pour être plus précis, car ce sont bien les consommateurs qui vont solliciter les fabricants directement. En fait, la chaîne peut se diviser en 4 blocs : le bloc de conception, le bloc de production, et le bloc de distribution. Entre chacun des blocs s'intercalent des brokers qui font correspondre l'offre et la demande. Par exemple, le bloc conception produit des plans open de téléphones portables. Les utilisateurs récupèrent ces plans, soit pour y apporter des modifications, soit pour en demander la production au broker. Ce dernier affiche la demande en cours (53 unités du téléphone A par exemple) sur son site, qui est consulté par des producteurs. Lorsque la demande atteint un seuil que le producteur juge suffisant, il informe le broker que la demande va être produite et prête à être récupérée à telle date. Là, le broker publie une demande non plus de production mais de transport sur son site. De la même manière, des transporteurs observent les demandes et répondent à celles qu'ils estiment intéressantes. Et si personne ne veut livrer les téléphones, que fait notre utilisateur ? Il est au courant de la chaîne, et peut soit se déplacer lui-même soit passer par un autre moyen. Mais quoiqu'il en soit, comme le transport de 200 téléphones par exemple n'est pas très compliqué, on peut très bien imaginer des particuliers qui prennent ce genre de tâche en charge. Il reste plusieurs points à vérifier sur ce modèle, notamment les aspects financiers (où se font les marges ? le modèle permet-il une vraie réduction du prix pour le consommateur final ?) et réglementaire (s'assurer de la certification du téléphone produit ? n'importe qui peut-il s'improviser livreur ? fiscalement, comment taxer les marges réalisées ?).



      Il est certain toutefois que le modèle est intéressant, puisque c'est en fait celui que la Chine a mis en place : les brokers sont sur place, et les concepteurs du monde entier (USA / Eu principalement) envoient leurs plans aux producteurs chinois qui les réalisent (et les copient). La livraison est réalisée par des transporteurs du monde entier, et très notamment chinois (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_maritime_chinoise)