Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'entrepreneuriat social total

    On noue le répète à longueur d'antenne, d'émission, de papiers : l'état n'a plus d'argent.
    Il me semble donc que ça n'est pas le moment d'aller lui en demander ou d'être une charge pour lui.



    Le vieux parent croule, à nous de l'aider !

    Face à cet état de faits, 2 réactions : les ultra libéraux, qui se régalent, et qui disent "L'état est mort, vive la libre entreprise !". Moins de régulation, plus de marges de manœuvre...et financières.



    Je faisais le parallèle entre la situation actuelle et "Fondation" d'I.Asmiov. A la fin de sa vie, H.Seldon a prédit la fin de l'Empire, et envoie aux confins de l'espace se créer 2 colonies, 2 Fondations. Leur objectif est de permettre à l'Empire de renaître. H.Seldon prédit son émergence nouvelle, en expliquant que sans les Fondations, l'Univers mettrait 30 000 ans à produire un nouvel état global (l'Empire), tandis qu'avec, seules 1000  années de barbarie seraient à supporter avant de retrouver l'Empire, ce dernier étant vu ici comme quelque chose de positif.



    De la même manière, je pense que l'Etat actuel ne va pas survivre en tant que tel, et qu'il nous faut nous préparer à une période de libéralisme encore plus prononcée qu'aujourd'hui. En suivant Asimov, créons nos Fondations et préparons ce passage de sorte à le réduire au maximum pour pouvoir retrouver un État fort au plus vite. Plutôt que d'accrocher nos ongles dans la pente glacée et de retenir tout ce que nous pouvons au risque de nier la réalité ("On lâche rien" disent le NPA et les gens qui souffrent de constipation), anticipons cette phase sombre pour en sortir au plus vite !



    Et dans cette phase libérale dont il faut la construire de façon à ce qu'elle converge vers un retour de l'état fort, l'entrepreneur à toute sa place.

    En effet, on doit imaginer des entreprises destinées à être nationalisées. Si l'état n'a pas d'argent, alors je vais créer une entreprise privée, la faire fructifier, et lorsqu'elle sera bien rentable et bien juteuse, je la donnerai à l'Etat : c'est ce que j'appelle l’entrepreneuriat social total.



    Tout comme je suis d'accord avec le fait de payer plus d'impôts, tout comme je ne demande pas à recevoir un bulletin justifiant ma donation pour la défiscaliser, et bien je veux créer de la richesse pour la donner à l'état qui, même s'il souffre de lourdeur, est selon moi le meilleur outil de redistribution des richesses et de réduction des inégalités. Et le don le plus efficace pour l'Etat est bien celui d'une entreprise en bon état de marche, qui lui apporte des revenus et des emplois.