Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La temporalité d'Internet

    J'ai constaté en tapant "temporalité internet" sur Google que le sujet était déjà largement débattu. Je ne sais pas si j'apporterai une pierre à l'édifice ou si je ne ferai que redire ce qui l'a déjà été, mais je tenais à faire part à mon blog de la réflexion que je m'étais faite en voyant un email d'une personne avec laquelle je travaille régulièrement.



    Cette dernière est très compétente dans son domaine, plutôt en fin de carrière, et peu habituée à l'outil informatique. Elle me disait la semaine dernière que cela lui posait un certain nombre de problèmes, car elle passait un temps fou à réaliser des tâches simples, que sa secrétaire prenait en charge dans son précédent poste.


    Et cet après-midi, elle a renvoyé un mail sur lequel j'avais déjà fait un réponse, puis se rendant compte de son erreur, en a envoyé un nouveau entièrement en majuscules. Rien de grave en soi, simplement la confirmation de sa difficulté d'appréhension de l'outil informatique.



    Et je me suis souvenu de ces associés par exemple qui demandait à leur secrétaire d'imprimer leurs email, écrivaient au stylo leur remarque et leur rendait le papier pour envoi. A l'époque de la fameuse génération Y, qui précisément passe son temps à envoyer des message sur différents canaux, il est clair que ces gens là sont mis à l'écart. Les parents d'entre nous qui n'ont pas pris le virage du réseau seront encore plus mis à l'écart que les parents de nos parents aujourd'hui en maison de retraite. Nos parents n'avaient plus le temps de voir les leurs car ils avaient créé une société d'efficacité et de travail. Nous sommes en train de créer en plus une société de communication par le biais de médias non traditionnels. De nombreux parents d'ailleurs on bien compris l'importance du mail et de Skype pour rester en contact avec leur progéniture.



    Sinon, pour revenir sur la temporalité du Web, elle mène bien sûr à une accélération de l'échange qui est déjà constatée depuis longtemps. Ce dont j'ai l'impression en plus, c'est qu'elle accélère l'ensemble de la société, et notamment le temps politique, qui est entraîné par ces innovations du fait de la pénétration de ces nouvelles technologies dans ce domaine (Twitter, vidéos mobile YouTube, blogs politiques).



    En fait, j'écrivais ces lignes car j'ai été convaincu durant mes études par Burno Bachimont que, si comme Jack Goody le décrivait pour l'écriture, il existe une rationalité scripturale, alors l'arrivée de l'informatique doit être considérée comme une révolution de la même ampleur que celle de l'écriture et donc qu'il existe une rationalité computationnelle (c'est sa thèse). S'il existe une rationalité de cet ordre, alors elle doit irriguer tous les domaines de la pensée et de l'activité humaine, comme l'écriture l'a fait il y a 5000 ans. Et cette accélération du temps politique en est pour moi un preuve. Mais le même débat peut-être mené avec l'histoire, qui est justement une science définie par l'arrivée de l'écriture, puisque l'histoire avant l'écriture est la préhistoire. De la même manière, il faudra certainement parler de post-histoire avec l'arrivée de l'ordinateur est d'internet. C'est justement une discussion que j'avais eu avec une amie professeur d'histoire, qui me disait que la base de sa discipline était justement l'étude de document écrits et figés. Or aujourd'hui, tout historien va travailler avec Internet, mais les documents, bien qu'écrits, ne sont plus figés. Comment faire alors référence à une page Wikipédia par exemple, qui sera peut-être modifiée le jour suivant ? Quel est alors le statut de l'analyse historique ? Faut-il parler d'analyse post-historique ?