Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 3 visions sur les mathématiques - Oran - Royal - 307 - 22h

    3 visions sur les mathématiques - Oran - Royal - 307 - 22h

    Les mathétmatiques sont-elles réellement magiques, ou une sorte de grande supercherie ?

    Ce qui est fascinant dans les mathématiques, c'est de voir à quel point elles sont cohérentes, et la manière dont ses différentes disciplines se font écho entre elles, bien qu'issues d'hyphotèses radicalement différentes, de points de départs radicalements opposés. On a l'impression, même à mon humble niveau, que l'étude des mathématiques revient à une sorte d'archéologie, où l'on découvrerait les pièces d'une pyramide, l'une après l'autre, en réalisant au fur et à mesure de notre avancée qu'elle forment un tout fabuleux. Comme si les mathématiques étaient un immense édifice pré-éxistant dans lequel on se déplacerait en aveugles, décrouvrant petit à petit la forme générale de l'édifice.

    Ou bien, et j'ai le sentiment que c'est le point de vue de Merleau-Ponty dans le premier chapitre de "L'Oeil et l'esprit", les mathématiques sont une pure création humaine, qui ne fait que retrouver les règles sur lesquelles elle est basée. Une manière de dire "cela est vrai car j'ai défini au préalable que c'était vrai". C'est là que l'on retrouve le lien avec la logique, c'est-à-dire que tant que l'on génère des énnoncés vrais au sens du système logique que l'on a construit, alors toutes les déductions suivantes seront vraies, par construction.

    Il existe bien sûr un troisième aspect des mathématiques, plus appliqué, qui revient à les considérer comme une belle boîte à outils, utile alors à la formalisation de phénomènes observables. Les mathématiques comme aide à la conceptualisation des phénomènes, au sens de la phénoménologie précisémment (pour revenir à Merleau-Ponty, bien que je ne sois pas du tout persuadé que ça soit la thèse qu'il défend dans la suite de l'ouvrage sus-cité).